Aviron Hennebontais - morbihan (56) - Nouvelles
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Nouvelles
Baptême de 3 nouveaux bateaux au club - le 19/09/2020 17:39 par ClubAH

200919_baptemes_bateaux.jpg

Les dates se décalent et puis la vie reprend son cours ... Et c'est tant mieux pour ces trois bateaux nouvellement arrivés au club, qui ne pouvaient prendre le large car privés de baptême.

Avant le confinement, le club avait fait l'acquisition de trois bateaux, dont deux avaient bénéficié d'un "dé-baptême" (ce qu'on appelle "couper le macoui"), c'est à dire qu'on doit leur enlever leur ancien nom avant de pouvoir les rebaptiser.

Leurs nouveaux noms sont des mots bretons empruntés à l'ornithologie locale : ainsi, le gravelot, le martin pêcheur et l'oie bernache ont pu rejoindre ce jour officiellement le parc bateaux du club. Bon vent et belle mer à tous nos rameurs qui les emprunteront désormais !

Consultez ici les articles parus dans la presse : Article Ouest France et Article Le Télégramme.

Lire la suite Lire la suite

200919_baptemes_bateaux.jpg

Les dates se décalent et puis la vie reprend son cours ... Et c'est tant mieux pour ces trois bateaux nouvellement arrivés au club, qui ne pouvaient prendre le large car privés de baptême.

Avant le confinement, le club avait fait l'acquisition de trois bateaux, dont deux avaient bénéficié d'un "dé-baptême" (ce qu'on appelle "couper le macoui"), c'est à dire qu'on doit leur enlever leur ancien nom avant de pouvoir les rebaptiser.

Leurs nouveaux noms sont des mots bretons empruntés à l'ornithologie locale : ainsi, le gravelot, le martin pêcheur et l'oie bernache ont pu rejoindre ce jour officiellement le parc bateaux du club. Bon vent et belle mer à tous nos rameurs qui les emprunteront désormais !

Consultez ici les articles parus dans la presse : Article Ouest France et Article Le Télégramme.

Fermer Fermer